<

Qu'est-ce que l'holocarboxylase synthétase ?
Le déficit en holocarboxylase synthétase (HCS) est une forme mettant en jeu le pronostic vital et à début précoce de déficit multiple en carboxylases (voir ce terme), une anomalie du métabolisme de la biotine, qui, en l'absence de traitement, se caractérise par des vomissements, tachypnée, irritabilité, léthargie, dermatite exfoliative et convulsions pouvant entraîner le coma.

Le début se situe en général dans les heures, jours ou semaines suivant la naissance. La carence se manifeste par un manque d'appétit, vomissements, léthargie, irritabilité, hypotonie et dermatite exfoliative. Sur le plan métabolique, il existe une acidose lactique avec cétose, acidémie (−urie) organique et hyperammonémie. En l'absence de traitement, l'évolution peut aller vers un état de crises réfractaires avec oedème cérébral et coma. Les enfants ont souvent un retard de croissance et du développement.

Le déficit en HCS est dû à des mutations du gène HLCS (21q22.1) entraînant une réduction d'activité de l'HCS. Cette enzyme est essentielle à la liaison covalente de la biotine aux multiples carboxylases biotine-dépendantes qui nécessitent la vitamine pour être actives. L'absence de liaison à la biotine mène au déficit multiple en carboxylases avec accumulation multiple d'acides organiques anormaux spécifiques.

Les nouveau-nés atteints sont détectés par le dépistage néonatal mettant en évidence des acides organiques anormaux de profil compatible avec un déficit multiple en carboxylases. Le diagnostic repose sur le tableau clinique et la présence des acides organiques typiques. La confirmation du diagnostic repose sur la mesure d'activité de l'HCS dans les leucocytes ou les fibroblastes ou sur le test génétique.

Les diagnostics différentiels sont les autres causes d'anomalies des acides organiques (déficits en biotinidase et en carboxylase ; voir ces termes), les autres causes d'hyperammoniémie (déficits du cycle de l'urée ; voir ce terme) et les autres causes d'atteinte neurologique et d'épilepsie néonatales (sepsis et maladies métaboliques).

Le diagnostic prénatal peut être réalisé par l'analyse des acides organiques à l'aide de techniques de dilution des isotopes stables (dans le liquide amniotique), par le dosage enzymatique d'activité de l'HCS (dans les amniocytes) ou par la recherche de la mutation (dans l'ADN des prélèvements de chorio- ou amniocentèse).

Le déficit en HCS est transmis sur un mode autosomique récessif. Le conseil génétique est recommandé aux parents d'un enfant atteint. Il est peu probable que les autres membres de la fratrie soient atteints la maladie, sans être symptomatiques, ils peuvent cependant être porteurs de la mutation.

En l'absence de diagnostic et de traitement précoces, la mortalité est élevée ; la morbidité des patients qui survivent dépend du moment du diagnostic et de l'ampleur des lésions dues aux crises métaboliques.

Une maladie rare
La prévalence exacte est inconnue mais le déficit en HCS est une des plus rares des erreurs innées du métabolisme. L'incidence annuelle à la naissance est estimée à moins de 1/200.000 naissances vivantes.

Existe-t-il des traitements de l'holocarboxylase synthetase ?
Le traitement spécifique est la supplémentation vitaminique : la biotine libre peut améliorer l'état clinique des enfants symptomatiques et prévenir l'apparition de tout ou partie des symptômes chez les sujets pré-symptomatiques. Le traitement doit être mis en route aussitôt le diagnostic posé, et poursuivi à vie. La surveillance des patients est nécessaire afin de détecter des complications d'apparition tardive ainsi que pour suivre la bonne observance du traitement. Un traitement instauré à temps et poursuivi à vie permet de réduire considérablement les symptômes, mais des complications peuvent apparaître dans certains cas malgré le traitement approprié, et elles imposent souvent une augmentation des doses.

© 2015 Les enfants du jardin. Tous droits réservés

| Faire un don | Contact